Un point sur le traitement des demandes de remboursement CSG/CRDS des non-résidents par l'Admini

Certains d’entre vous ont adressé leur demande de remboursement des prélèvements sociaux depuis septembre 2015 et vous n’avez à ce jour aucune réponse de l’Administration fiscale.


En effet, les services de la DGFiP et notamment la Direction des Résidents à l'Etranger et des Services Généraux (DRESG) ont reçu plusieurs dizaines milliers de demandes contentieuses de restitution portant sur les prélèvements sociaux appliqués aux revenus du patrimoine des non-résidents au titre des années 2012 à 2015, à la suite à l'arrêt du Conseil d'Etat "De Ruyter" n° 334551 du 27 juillet 2015.


Les services concernés sont donc submergés de demandes. L’Administration fiscale répondra à chacun par écrit, mais il faut être encore un peu patient. Afin d’apaiser les esprits, le 4 avril 2016, Bercy a fait un communiqué que nous commentons pour faire un point sur la situation en cours (à lire en PDF)


1/ Traitement des réclamations


Bercy nous infome qu’une organisation spécifique a été mise en place pour assurer le traitement d'un tel volume de réclamations et la DRESG s'attache, bien entendu, à instruire et traiter dans les délais les plus brefs possibles toutes les réclamations qui lui ont été adressées ou qui lui parviendront.


Pour les réclamations que les usagers souhaiteraient déposer et afin d'en faciliter le traitement, leur attention est appelée sur la nécessité de fournir toutes les informations et justifications nécessaires, tels qu'un justificatif d'affiliation à la sécurité sociale d'un autre Etat membre de l'Union européenne, de l'Espace économique européen ou de la Suisse, ainsi que, le cas échéant pour les couples bi-affiliés, une justification du titulaire des revenus ayant supporté les prélèvements sociaux (cf. fiche « documents à joindre concernant la demande de restitution des prélèvements sociaux » mise en ligne sur le site www.impots.gouv.fr, espace « Particuliers > relations avec la DGFiP > Réclamation de Ruyter »).


Pour les réclamations déjà déposées et qui s’avèrent incomplètes, l'administration prendra directement contact avec les contribuables pour leur préciser les éléments nécessaires au traitement de leur demande, notamment pour l'obtention de pièces justificatives. Dans un souci de simplification, il est préférable d'attendre cette demande éventuelle de compléments d'information, plutôt que d'adresser spontanément des éléments complémentaires à la réclamation initiale.


Pour faciliter les échanges, il est vivement recommandé aux usagers de bien vouloir communiquer une adresse courriel ou un numéro de téléphone où ils pourront être joints.


2/ En cas de défaut de réponse de l'administration dans les six mois suivant la réclamation


En l'absence d'une décision formelle de l'administration, le réclamant peut attendre l'achèvement du traitement de sa réclamation administrative sans perdre son droit de saisir le juge en cas de refus explicite de l'administration de restituer tout ou partie de l'impôt réclamé.